Accueil  Découvrir l'association  Le bureau  Les missions  Le coin presse  Nous avons besoin de vous !  Livre d'Or  Nous écrire  Photos
Présentation
Aide population
Soutien scolaire
Soutien médical
Organisation
Photo
Le coin Presse
Article 4
La mission de Soleil bleu
Sud Ouest. Mai 2000

Ils ont ammené l'eau a Tamalout, des couveuses pour nouveau-nés à l'hopital de Midelt, ils ont laissé des fauteuils roulants dans des hameaux perdus, des béquilles par dizaines, rempli les bibliothèques des écoles, mais aussi distribué des cartons de vêtements. Josiane et Sylvain Sabah, chez les Berbères, sont comme chez eux. Quel que soit le village paumé dans le Haut-Atlas marocain, ils trouvent toujours un gîte, un repas chaud, du thé à la menthe. Et une porte qui s'ouvre sur un sourire.
Depuis six ans que ce couple de Biarrots a monté Soleil Bleu, une association à but humanitaire, la nouvelle s'est répandue dans l'Atlas marocain, comme une traînée de poudre. "un soir on est arrivé, raconte Sylvain, nous avions donné un fauteuil roulant à un jeune handicapé, et le lendemain, devant la maison de l'infirme, il y en avait cinq ou six autres qui attendaient. Il y a énormément de demande. Le Maroc est un pays où sévit beaucoup le diabète, sans doute parce que culturellement, ces populations mangent trop de sucres. Du coup, on voit plus qu'ailleurs des gens assez jeunes avec des pieds en moins et déjà à moitié aveugle."
Josiane et Sylvain aiment le voyage. Et le 4x4. C'est par hasard qu'ils ont découvert l'Atlas, juste une opportunité touristique, pas très chère. "Nous avons fait ce voyage plusieurs fois, avant de nous poser vraiment la question de nous engager dans une action humanitaire, note Sylvain. il y avait beaucoup de pauvreté, les gens vivent avec le minimum. On a commencé à apporter des vêtements récupérés chez nous."

On donne de notre temps

L'association Soleil Bleu commence tout doucement. Sylvain et son épouse vont expliquer leur démarche dans les cliniques, les hôpitaux du Pays Basque, quémandes du matériel devenu obsolette ici, mais qui reste très performant pour dépanner les petites infirmeries des villages marocains. Puis ils organisent des opérations vide-greniers au marché d'Ahetze, dans le but de récupérer un peu d'argent, afin d'acheter des outils. Une dizaine de membres viennent adhérer au Soleil Bleu, solides des mêmes convictions.
"Nous partons avec nos voitures remplies au maximum, pendant nos vacances. C'est de notre temps que nous donnons. Là-bas pas question d'aller à l'hôtel, on bivouaque dans les tentes berbères, on vit chez l'habitant, on mange simplement comme eux. Très vite, nous avons été reconnus comme une association humanitaire à part entière, le gouvernement marocain nous a ouvert ses portes. Nous allons là-bas deux fois par an environ, selon nos congés. Et à chauque voyage, non seulement nous apportons du matériel, mais en plus, nous évaluons les nouveaux besoins. Puis, nous constatons les effets de notre passage. Ainsi, une année, avons-nous apporté des outils de menuiserie à un artisan, qui savait travailler mais ne possédait pas de rabot digne de ce nom. L'année suivante, il avait engagé deux ouvriers."

"Ne croyez pas que ce soit facile de monter une association comme celle-là, poursuit Sylvain. On se mine bien souvent. Parce que ce n'est pas tout d'arriver avec des choses, il faut aussi, surtout, comprendre la mentalité marocaine, du plus pauvre au plus riche. Respecter leur facon de vivre. Ne pas arriver et vouloir leur en démontrer, ce serait stupide. Ou bousculer leur mode de vie, ca se retournerait contre nous. Ni amener des choses dont ils n'auraient aucune utilité. Nous cherchons à rester le plus près possible de leur mode de vie, de leurs besoins esssentiels. La santé, l'eau, la culture."

20 kilos de sucettes

Désormais, les époux Sabah font aussi le tour des écoles de Biarritz et des villes voisines, afin de récuperer des livres scolaires, des craies, des cahiers. Cette année, ils ont constitué une véritable bibliothèque scolaire: "les Berbères apprennent le français à l'école, dès les classes primaires", justifie Sylvain. Mais avec les livres fort utiles au demeurant, les bénévoles de Soleil Bleu se sont permis une petite entorse à leur contrat moral, ils ont amené quelque chose de trés... inutile: 20 kilos de sucettes offertes par l'usine Chupa Chups. juste de quoi adoucir les soirée des enfants.
"Nous allons continuer à prospecter dans les hopitaux de la région pour obtenir du matériel médical, car le Maroc en manque cruellement. L'an prochain nous espérons une ambulance qui doit nous être donnée par l'hopital de Villeneuve-sur-Lot, mais désormais, nous envisageons une nouvelle action. On cherche des parrainages d'enfants. Il y a beaucoup d'orphelins là-bas, avec des associations autochtones très organisées, mais si des enfants pouvaient être parrainés depuis ici, pour les aider à suivre des études par exemple, apporter un petit soutien moral et financier, ce serait un plus."
Sylvain et Josiane donnent leur temps, ils l'ont dit, mais aussi beaucoup de leur argent.
Ils ne comptent sur aucune subvention, sinon leur volonté, quelques dons, leur vocation, leur enthousiasme. Et l'amour du peuple berbère.

Précédent Suivant

Sommaire  Article 1  Article 2  Article 3  Article 4  Article 5  Article 6
Nous écrire
Livre d'Or
Histoire
Arts
Météo
Webcam Sat.
Photos Satellites
Soleil Bleu - Association Humanitaire et Culturelle - Loi 1901 à but non lucratif - N° 162/94 - JO du 12.08.1994 - Webmaster